Accueil2020-09-04T18:01:52+02:00

Clément Janequin et la chanson descriptive

19 octobre 2020|Voix plurielles|

Le compositeur français Francis Poulenc, né à l’aube du 20ème siècle, a vécu dans une période de foisonnement culturel, riche de ses musiciens, peintres, écrivains et poètes. La poésie, notamment celle de Paul Eluard, exerçait sur lui une indéniable attraction, peut-être parce que ses intonations et ses rythmes sont finalement proches du phrasé musical. Entre mélodies et musique chorale, Francis Poulenc a mis en musique pas moins de 50 œuvres de ce dernier.

Interview Didier Conchon, guitariste de jazz

18 octobre 2020|French'ment jazz|

Didier Conchon s’initie tout d’abord au flamenco avec un professeur andalou, Andres Pesquera. Cette étape importante dans la pratique de son instrument l’amène ensuite à s’intéresser au jazz. La découverte de Django Reinhardt ,Wes Montgomery et tant d’autres sera une révélation pour lui. Il étudiera ensuite au CIAM de Bordeaux, montera ses propres groupes avec des musiciens talentueux, ( Fabrice Mounier, Sonia Nédelec, Jean-Michel Achiarry).

1996 sera une année déterminante pour lui car c’est l’année de sa rencontre avec celui qui sera son professeur durant 3 ans et qui déterminera la suite de sa carrière : Christian Escoudé. Auprès de celui qui sera son maître, Didier se révèle comme
« son élève le plus doué « et aura le privilège de jouer à ses côtés.
En 1999, Didier s’installe à Paris, entre au CIM, travaille notamment avec Gilles Renne, et monte son trio avec Stefan Patry et Massimo Trasente.
En 2003, son album « FREEWAY » sort chez DJAZ RECORDS.
En 2004 Son deuxième album « FREEBOP » voit le jour, avec Alain JEAN MARIE, Diego IMBERT et Massimo TRASENTE et obtiendra également de très belles critiques de la presse spécialisée.

Fort de ses succès, Didier Conchon enchaîne les concerts sur les scènes et les festivals (il obtiendra notamment le prix « Révélation Jazz » sur la scène de « Jazz à Juan Révélation en 2006). Il enchaînera les concerts avec le pianiste londonien Jonathan Gee.
Parmi ses multiples scènes, Didier Conchon a également joué avec la chanteuse Anne Ducros au Petit Journal Montparnasse. Ainsi qu’au Festival de l’Abbaye de Fontdouce toujours avec Anne Ducros et Jonathan Gee.

Nous aurons toujours 20 ans

13 octobre 2020|Bande dessinée en fugue|

Jaime Martin avait 9 ans le 20 novembre 1975, le jour de la mort de Franco. Alors que sa famille en liesse sabrait le champagne, dans la cuisine, les mots de sa grand-mère résonnent encore aujourd’hui : “Il y a un long chemin à parcourir et un ciel plein d’oiseaux noirs”. A travers ce récit autobiographique, l’artiste retrace sa trajectoire dans l’Espagne de l’après dictature en miroir d’une génération portée par l’enthousiasme de la démocratie et sévèrement frappée par la crise économique. Jaime s’en sort grâce au dessin, sa passion depuis l’enfance. Ado, sa carrière d’auteur de BD se décide quand il découvre le rock et Métal Hurlant. L’âge adulte vient ensuite creuser les distances avec son ancienne bande tandis que le système libéral fait des victimes chez ses vieux amis. Après “Jamais je n’aurai 20 ans”, sur la jeunesse de ses grands-parents engagés dans la guerre civile espagnole et “Les guerres silencieuses” sur la jeunesse de son père pendant son service militaire dans l’Espagne franquiste, ce témoignage personnel vient clore le cycle de ces chroniques familiales et sociales. Fort de l’histoire des générations qui l’ont précédé, le dessinateur porte son regard lucide et plein d’humanité en invitant à croire en l’avenir et aux rêves toujours possibles.

Auteurs : Jaime Martin : scénario, dessin
Parution : Aire libre

Francis Poulenc – Paul Eluard : une complicité artistique

12 octobre 2020|Voix plurielles|

Le compositeur français Francis Poulenc, né à l’aube du 20ème siècle, a vécu dans une période de foisonnement culturel, riche de ses musiciens, peintres, écrivains et poètes. La poésie, notamment celle de Paul Eluard, exerçait sur lui une indéniable attraction, peut-être parce que ses intonations et ses rythmes sont finalement proches du phrasé musical. Entre mélodies et musique chorale, Francis Poulenc a mis en musique pas moins de 50 œuvres de ce dernier.

“Terra libre”, l’Amazonie à l’image de la planète Terre

11 octobre 2020|Actualités, L'entretien du jour|

Le dernier film de Gert-Peter Bruch, réalisateur, journaliste, photographe et fondateur de Planète Amazone, nous fait découvrir la lutte pour l’Amazonie. Avec la participation des figures les plus emblématiques, tels le cacique Raoni, à la fois comme témoins et comme guides. Un film qui engage à une prise de conscience active. En avant-première au Pathé Annecy le 13 octobre 2020 à 19h30.

Tanz

6 octobre 2020|Bande dessinée en fugue|

Allemagne, 1957. Uli est un jeune homme de 19 ans, élève d’une prestigieuse école de danse moderne. Sa fougue contraste avec la mélancolie de l’Europe d’après-guerre. Il est passionné de comédies musicales mais cette passion est moquée par ses camarades qui jugent cette discipline trop commerciale. Lors d’un voyage à Berlin, il rencontre Anthony, un jeune danseur afro-américain. Ce dernier suggère à Uli de venir tenter sa chance à Broadway…

Auteurs : Maurane Mazars
Parution : Le Lombard

Jean-Sébastien Bach, recyclé !

5 octobre 2020|Voix plurielles|

S’il est un compositeur dont les œuvres ont été recyclées pour des raisons nobles ou moins nobles, c’est bien Jean-Sébastien Bach. A l’ère de l’économie circulaire, Voix Plurielles vous propose de se pencher sur quelques exemples vocaux, parmi de très nombreux, de ce recyclage ou de cette récupération de la matière musicale si riche qu’est l’oeuvre de Bach.

Interview Frédéric Regine, guitariste chanteur Bossa Nova

4 octobre 2020|French'ment jazz|

Frédéric Regine, alias Zina, chante depuis son plus jeune age. A 12 ans, son père lui achète une guitare, l’alchimie opère entre sa voix chaude et cet instrument qu’il ne quittera plus. En 1980 il découvre la Bpassa-Nova.C’est le coup de foudre. Cette musique, nouvelle pour lui, est en adéquation vibratoire avec sa sensibilité , mélange de mélancolie et de joie :  ” La Saudate ” . Cette Saudade il l’exprime aussi au travers de son travail photographique indissociable de sa musique .

Il s’empresse d’apprendre la langue portugaise et se perfectionne à la guitare. Son premier voyage au Brésil s’effectuera en 1995, Il reviendra fondamentalement changé par ce pays et sa musique. Sa rencontre en 1998  avec le guitariste de Jazz David Dupeyre,  va être décisive dans son parcours musical,  sa grande virtuosité et son approche holistique de la Musique, vont lui permettre d’explorer de nouveaux horizons musicaux .

Il sent bien que cette musique brésilienne repose sur des fondations rythmiques puissantes, il va en percer les secrets en étudiant pendant un an, de 2000 à 2001, les percussions brésiliennes avec Philippe Le Van, dirigeant l’école de Samba de Marseille.   En 2003, Zina repart au Brésil jouer avec des musiciens locaux à Salvador de Bahia. En France, Il collabore avec des artistes brésiliens comme Alberto Oliveira, Fernando Guitara, Cabessa Do Forte   pour des compositions musicales et des concerts.

Professionnel depuis 1997, Zina est le fondateur et chanteur-guitariste du groupe brésilien « Bossazina » avec lequel il donne de nombreux concerts  en France et à travers le monde ( Afrique, Cap Vert, Mexique, Australie, Tahiti, Nouvelle-Zélande entre d’autres ).
Musique: http://fred-regine.com/ 
Photographie:  https://www.fredregine.photography/

Album Editions Hortus – Ferruccio Busoni “L’Enigme”

4 octobre 2020|Le coin du discophile|

Personnage énigmatique à la carrière aussi remarquable qu’indéfinissable, Ferruccio Busoni est reconnu pour ses brillantes transcriptions pour piano. Ses œuvres originales au caractère sibyllin n’ont trouvé quant à elles qu’une place ambiguë dans l’histoire de la musique. La publication de son essai controversé Esquisse d’une nouvelle esthétique de la musique marque un tournant indéniable dans son écriture musicale. L’Énigme met en lumière certaines de ses œuvres tardives dont la grandiose Fantasia Contrappuntistica.
Steven Vanhauwaert, piano
https://www.editionshortus.com/

Concert du vendredi midi – Mahaleb

1 octobre 2020|Actualités|

Dans un voyage emprunt d’aventure et de nostalgie, Mahaleb réunit les musiques turques et arméniennes.Le trio Mahaleb doit son nom à l’épice aromatique tirée du noyau de la cerise noire de Sainte Lucie, utilisée au Moyen-Orient. Un parfum entre l’amande amère et la cerise, le tout rappelant subtilement la fleur d’oranger.
– Carole Marque-Bouaret : chant, clarinette turgue, duduk, Saz
– Elsa Ille : accordéon
– Jérôme Salomon : percussions

Organisation : Conservatoire à Rayonnement Régional Annecy Pays-de-Savoie
10, rue Jean-Jacques Rousseau – 74000 Annecy
http://crr.annecy.fr/
Tél. 04.50.33.87.18
plein tarif : 7 € – tarif réduit 5 €

Charger plus d’articles

Infos locales

Le coup de pouce

Go to Top