Notre besoin de “mettre dans des cases” est parfois contrarié. Prenons Gabriel Fauré. Né en 1845 et mort en 1924 à près de 80 ans, il est plutôt de la génération des post-romantiques, comme Gustav Mahler. Mais sa relative longévité l’a fait, à des moments différents, contemporain de Brahms, Tchaïkovski, Wagner, Debussy et Stravinsky . Quant à sa musique, elle évolue au fil des années du pur classicisme au romantisme pour aboutir à une esthétique du 20ème siècle. Au delà de la temporalité, ce qui caractérise le plus la musique de Fauré, c’est son intériorité, aux antipodes des grands effets et des audaces orchestrales de Wagner, Debussy ou Stravinsky. Gabriel Fauré est avant tout un mélodiste, reconnu pour son génie harmonique qu’il a manifesté dans son célèbre Requiem.